Vous l’aurez compris, le titre de cet article est ironique.

J’ai souvent entendu des personnes autour de moi me dire: « en tant que coach, c’est facile d’avoir confiance en toi », « de toute façon pour être coach, il faut un super niveau de confiance en soi » ou pire « tu es coach, tu n’as pas le droit de manquer de confiance » (pas le droit, vraiment?!).

Alors, je tords le cou immédiatement à quelques idées reçues:

  • Non, être coach ne veut pas dire que je suis tout le temps et dans toutes les situations super confiante. Pour faire face à un défi, je me prépare, je m’entraîne et je travaille pour développer ma confiance.
  • Non, être coach ne veut pas dire que j’ai tout compris. Seulement, j’ai plus vite conscience de ce qui m’insatisfait et je m’active plus rapidement pour passer à autre chose en cherchant de l’aide.
  • Non, être coach ne veut pas dire que ma vie est un super conte de fée. Sur mon chemin, je rencontre souvent des opportunités pour être mise à l’épreuve et ressentir des émotions désagréables.
  • Non, être coach ne veut pas dire que je réussis tout ce que j’entreprends. Quand je me plante, je prends du recul pour retirer les apprentissages. Du coup, il ne s’agit pas d’un échec, mais d’une leçon.

Avant d’être coach, je suis une personne, comme tout le monde, j’avance sur mon chemin parfois avec plein de certitudes et parfois avec plein de doutes.

Je pense que quelque soit notre métier, le nombre d’années d’expériences ou même notre niveau hiérarchique, nous ne pouvons pas nous dire dans l’absolu «ça y est, là je suis à ma dose maximum de confiance en moi», car la vie nous amène de nouvelles situations en permanence et il est normal qu’à chaque fois que nous sommes face à une nouveauté nous ayons le sentiment de manquer de confiance en soi.

La confiance en soi est une merveilleuse quête infinie…